Capillaire

Des coiffures & des petites filles

Je ne suis pas pour les coiffures gargantuesques que portent certaines petites filles. J’entends par là les tresses avec des tonnes de rajouts, serrées à leur en déraciner le bulbe capillaire, et qui pèsent quatre voire cinq kilos. Ou encore les tissages ou les nattes collées trop fines. Certes, certaines de ces coiffures peuvent être jolies (et encore, tout est relatif), mais il faut admettre que parfois, elles sont si agressives que la petite fille qui les porte a plus de chance de s’en plaindre que de s’en réjouir. Le cuir chevelu et les cheveux des enfants sont fragiles, il faut prendre le temps de les traiter avec douceur et donc de choisir des coiffures dites protectrices jolies, qui conviennent à leur âge et qui ne leur feront pas de mal.

Par exemple :

6ba955095622d5a2cca638060dab46cc

284d40af68b394b071eec71a70807553

Ou encore :

46a7ffeadedac6b7567c699554372f8f

dd0438326f167f48ab047bbfd4869ba8

Et pourquoi pas des pompons ?

46f95e8666c6770eb1e30c32ee7d8ee2

fee9d91d632ef6ddf28b8487235f440d

Tant que ce n’est pas serré !

87a6dc71927700e890df1642f2b3d1ed

6ccd2230d51ea3fc396185d24895baf7

On peut décorer avec quelques perles légères également :

5550a451eaebbca12f8cf0cf39a6cd70

Pour leur shampoing et leurs soins, choisissez  des produits doux et élaborés pour les cheveux fragiles des enfants, comme par exemple les marques Garnier Ultra Doux enfants ou le P’tit Dop, recommandées dans un article du webzine Afrosomething (où vous trouverez d’ailleurs d’autres marques intéressantes). D’ailleurs, il est inutile de laver les cheveux des enfants trop souvent, au risque de les dessécher. Les petites coiffures, comme par exemple celles ci-dessus, pourront vous permettre de mettre les cheveux de vos enfants « au repos » pendant une semaine à dix jours, voire deux semaines si les coiffures tiennent bien. Personnellement, je conseille d’éviter également les huiles essentielles, surtout pour les enfants qui sont encore très jeunes, on n’est jamais à l’abri d’une méchante réaction voire d’une allergie.

Les cheveux des enfants mettent du temps à parvenir à leur texture définitive, et peuvent également prendre tout leur temps pour pousser et gagner en longueur. Jusqu’à deux ans, on parle encore de cheveux de bébé. Et jusqu’à cinq voire sept ans, les cheveux de vos enfants n’ont pas fini d’évoluer. Soyez donc patientes. Lorsque vous les coiffez, veillez à utiliser un gros peigne et surtout à y aller en douceur. Ne forcez surtout pas sur les nœuds! Eh oui, ça fait mal… De plus, c’est à cet âge généralement que les enfants gardent les souvenirs des bons (ou des mauvais) moments passés à se faire coiffer… Je me souviens que ce n’était jamais une partie de plaisir, jusqu’au jour où… on m’a défrisé les cheveux! Ce que je ne recommande à aucune maman, tata, grande sœur, de faire. Internet regorge aujourd’hui d’astuces, de conseils, de forums de discussions et d’échanges, pour aider les plus grands à prendre soin des cheveux naturels des tout petits.

Prenez soin de vous! … et des tout petits! ☺

~ Manouchka ~

 

Publicités
Capillaire

‘Oui mais toi c’est différent…’

Coucou à toutes!
(et à tous si il y a quelques garçons qui passent par là et me lisent)…

Il y a quelques mois maintenant que l’envie me trotte dans la tête d’écrire ce billet. Mais si je n’y suis jamais arrivée jusqu’à lors, c’est surtout parce que je ne trouvais pas les mots. Les ‘bons’ mots pour exprimer le fond de ma pensée, les phrases les mieux appropriées.

Si il y a bien une chose dont je suis absolument ravie, et ce depuis que je blogue – j’ai débuté > ici < en 2009 – c’est bien le nombre de plus en plus important de femmes qui choisissent de revenir au naturel. En dehors de ça, le message a été largement diffusé et beaucoup ont saisi la possibilité que nous avions de prendre soin de nos chevelures afro, naturelles comme défrisées, en choisissant des produits adaptés à nos besoins, accessibles à toutes les bourses, que nous pouvions apprendre à définir nos propres types de cheveux et par conséquent, savoir ce qui était efficace ou pas, nécessaire ou superflu, et j’en passe. Bref, aujourd’hui, nous avons toutes plus ou moins la possibilité d’avoir accès à l’information et de décider par nous-mêmes de nos choix capillaires.

En 2009, lorsque j’ai commencé à faire des recherches ‘capillaires’ sur la toile, je m’en souviens encore, c’était parce qu’après un énième défrisage raté, mes cheveux se cassaient, tombaient, et que je me demandais si il n’y avait pas un quelconque moyen d’en prendre soin directement chez moi à la maison, sans passer par la case ‘coiffeuse’. En mars 2009, j’ai découvert Kanga, qui à l’époque tenait un blog qui (malheureusement) n’existe plus. Et je la remercie encore aujourd’hui, car elle a été le déclic de mon parcours capillaire. C’est bien en voyant les photos de sa chevelure crépue et naturelle que j’ai tout simplement pris conscience que le défrisage, je pouvais en fait décider et choisir de l’arrêter. Je n’ai pas réfléchi très longtemps puisque le jour même de la découverte du blog de Kanga, j’ai décidé d’entamer une transition de quelques mois et de ne plus jamais me défriser les cheveux. De là, par besoin d’avoir un journal de bord pour y noter toutes les anecdotes de cette nouvelle aventure, j’ai créé sur Skyblog ‘Tantine Metisse’ et j’ai ainsi commencé à partager, à ‘bloguer’ comme on le dit si joliment, à donner mon avis sur telle ou telle expérience capillaire. Tout a été très vite, j’ai big chopé en août 2009 (ça fera 5ans en août 2014) et petit à petit, ‘Tantine metisse’ a commencé à être lu par de plus en plus de personnes. Je suis très heureuse quand certaines m’écrivent pour me dire que le blog a été leur source d’inspiration ou de motivation, qu’il leur a donné le courage de revenir au naturel, qu’elles y ont trouvé des réponses à quantité de questions qu’elles se posaient, etc. Puis, par souci d’amélioration du blog, ‘Tantine Metisse’ est passé à ‘Frisettes et compagnie’ sur overblog, et maintenant sur wordpress.

S5029269-vi
Kanga

Si il y a bien un point que j’ai personnellement su retenir grâce à tous ces échanges sur la toile, grâce à Youtube, les pages sur Facebook, les blogs, etc, c’est que le naturel est loin d’être figé. Aucune règle ne définit un cheveu naturel par excellence. Nous sommes des milliards sur la Terre et la génétique étant une science loin d’être simple, le fait est que la nature est riche de 1001 textures, 1001 couleurs, 1001 longueurs et j’en passe. Le point commun à mon avis, entre toutes ces naturelles, reste le simple fait de ne pas ou ne plus se défriser les cheveux. Pour ce qui est des soins, des routines, des produits, nous les essayons toutes comme nous pouvons en ayant à l’esprit de répondre aux besoins propres de nos cheveux.

Il m’arrive donc parfois, comme je suis très curieuse et passionnée par ce sujet là, de discuter, d’échanger, avec bon nombres de femmes qui ont la même texture de cheveux que moi, qui aussi en ont une autre, qui peut être moins frisée ou beaucoup plus frisée, bouclée ou crépue ; sachant que j’ai les cheveux naturellement frisés et que la différence étant pour moi une richesse, j’aime à comparer mes habitudes et gestes capillaires à ceux d’autres, et pourquoi pas, piquer 2/3 astuces qui peut-être pourraient également me convenir.

Et parfois, en échangeant avec une naturelle aux cheveux crépus par exemple, le ‘oui mais toi c’est différent…’ a tendance à revenir.

Je le conçois, mes cheveux sont ‘différents’. Ils sont frisés, les tiens sont crépus, on ne va pas faire semblant, ils sont bel et bien ‘différents’. Mais ma sœur qui a également les cheveux frisés, a des cheveux différents des miens. Pour 10 touffes naturellement crépues à titre d’exemple, il peut exister des différences de texture, de densité, d’épaisseur du cheveu, de porosité, etc, etc. Encore et toujours des différences, qui sont là pour nous mettre dans des cases ou nous enrichir?! ‘Oui mais toi c’est différent…’ mais je te rappelle que j’ai suivi les pas d’une naturelle 100% crépue alias Kanga pour apprendre à gérer ma touffe naturelle qui elle, est frisée. Cette différence ne m’a en rien découragée ou amenée à vouloir trouver systématiquement quelqu’un qui aurait les mêmes cheveux que moi. Au contraire, je me suis adaptée. J’ai suivi son parcours et ses conseils, essayé ses techniques, et je me suis adaptée. Cette différence m’a clairement permis d’apprendre à définir les réels besoins de ma chevelure. Elle m’a également appris à connaître le cheveu crépu pour satisfaire ma curiosité personnelle.

mimi
Frisettes and co, fin 2013

Bien sûr, je m’inspire de tout type de routines que je trouve sur internet pour apprendre à parfaire la mienne, que ce soit des routines destinées aux cheveux bouclés, frisés ou crépus. On en apprend tellement en regardant un peu partout, et lorsque quelque chose ne pas va à un moment donné lors de mes expériences, je suis en mesure d’essayer autre chose en étant avertie du possible résultat.

Cela m’amène également à aborder, dans le tas, le sujet de la texture ‘parfaite’, le ‘bon cheveu’, le ‘parfait cheveu’. Qu’est-ce que donc un ‘cheveu idéal’ si ce n’est un cheveu en bonne santé et brillant?! Certaines restent bloqués sur le mythique 3c mais laissez-moi vous dire que non, ce n’est pas l’idéal. J’ai les cheveux frisés, mais franchement, j’ai parfois envie d’un vrai twist-out comme sur celui qu’on peut obtenir sur un cheveu crépu de type 4b/4c, et non je ne l’ai pas! J’ai parfois envie d’avoir des bouclettes très serrées comme un 4a mais non, je dois pour cela attendre que l’hydratation de mes cheveux soit à son minimum (oui oui!)  pour pouvoir obtenir une touffe comme je le voudrai. J’aimerai pouvoir me démêler les cheveux aux doigts parce que ça les abîme moins, mais je n’y arrive pas ; pratiquement beaucoup d’amies ayant les cheveux crépus sont à l’aise avec le démêlage aux doigts, et moi non parce que mes doigts restent toujours coincés dans les boucles – et ce n’est pas faute d’avoir essayé plusieurs fois. Etc etc. En dépit de tout cela, j’aime mes cheveux. Ils ne représentent pas du tout l’idéal, de toute façon on n’est jamais satisfait de ce que l’on a, mais je les aime tels qu’ils sont! Je suis verte de jalousie lorsque vous faites vos twists (lol) et dans ces cas-là, oui le cheveu idéal pour moi est celui qui peut se laisser aller à quelques twists de temps à autre et qui est dense à souhait! Parfois l’idéal revient au cheveu ondulé, qui laisse voir une bonne partie de sa longueur et qui ne connait que vaguement ce qu’est le shrinkage.

Source : Internet
Source : Internet

Je pourrai continuer à vous donner des exemples encore et encore, sur des phrases et des phrases. Tout ça pour dire qu’il faut arrêter de penser qu’il existe un idéal de cheveu. Il n’existe pas d’idéal de cheveu, ou même de peau ou de beauté, si ce n’est celui dont vous êtes déjà l’heureuse propriétaire.

Nous sommes certes différentes de part nos attributs capillaires entre autres, et ces différences doivent, selon moi, nous aider à nous instruire et nous enrichir. Aimez vos cheveux tels qu’ils sont, appréciez ceux des autres, mais ne vous sentez aucunement défavorisés par Mère Nature si vos cheveux vous semblent ‘différents’, c’est peut-être cette différence qui fera que d’autres porteront sur vous un regard curieux et admirateur. Bon nombre de naturelles de mon entourage sont ravies de ce qu’elles ont comme chevelure, et honnêtement, ça fait plaisir à voir : elles n’en sont que plus belles!

Merci de m’avoir lue!
N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me dire ce que vous pensez du cheveu ‘idéal’, pour partager votre amour de votre propre cheveu ou si vous avez du mal à accepter le fait que votre texture puisse être une texture ‘parfaite’ pour vous.

Je vous embrasse et à très vite!!!

~ Much love, Mimi ~