Capillaire

Mes cheveux ne poussent plus!?

🙂 Bonjour les filles!

« Mes cheveux ne poussent plus!? » C’est la question que je me pose souvent ces derniers jours. Après un shampoing tout à fait banal, j’ai jeté un petit coup d’œil à mes longueurs et me suis rendue compte que j’étais à peu près au même niveau depuis maintenant quelques semaines, pour ne pas dire mois. Est-ce que quelque chose cloche quelque part?! Alors j’ai zoomé sur mes racines. Ah! J’ai oublié de faire mention de ceci, mais il y a un mois j’ai décidé de reteindre mes cheveux en brun. Parce que c’est bien joli la couleur de feu, les pointes claires et rousses, toussa toussa, mais avec le temps et le manque d’entretien, ça devient vraiment pas beau à voir. Bref, je ne vous apprends rien! Et étant donné que j’ai choisi un brun légèrement plus clair que ma couleur naturelle, au zoom, j’ai pu constater qu’en fait, mes cheveux poussaient toujours bien, puisque j’ai même déjà une repousse d’un bon centimètre.

Mais alors, qu’est-ce qui ne va pas?! Lorsque vous remarquez que vous ne prenez plus de longueur depuis un certain temps, c’est qu’il y a sans aucun doute un petit souci quelque part. Les cheveux, ça pousse toujours (à moins que vous ne souffriez d’alopécie sévère ou que votre bulbe soit mort). Et dans mon cas, je pense tout simplement qu’il s’agit d’un souci de casse! Mes pointes, avec les couleurs, n’ont pas cessé de se casser depuis quelques mois. A tel point qu’à chaque démêlage, je retrouvais tout un tas de miettes de cheveux au sol! Pas très chic… J’ai pensé que ce n’était rien d’important, juste quelques cheveux qui tombent. Bah en fait non, j’ai eu les longueurs très fragilisées, de la bonne et belle casse, et au final cette impression très réaliste de ne plus avoir les cheveux qui gagnent en longueur.

Je ne suis pas une obsédée de la longueur. Je dois même vous avouer qu’actuellement, je me tâte à me recouper les cheveux, histoire de changer un p’tit peu de style, de ‘staïle’. Cependant, ayant toujours voulu savoir jusqu’à quel point je pouvais garder mes cheveux longs, j’ai plutôt choisi, il y a deux ans, de me lancer dans cette espèce de challenge, voir jusqu’où je tiendrais le coup. Alors aux grands maux, les grands moyens ; j’ai décidé de reconcocter ma routine et de l’adapter aux besoins actuels de mes cheveux. Une bonne chose déjà que j’ai eu à les reteindre en brun… On va dire que ça les a légèrement gainés et qu’ils sont moins ‘raplaplas’.

Une fois par semaine, le shampoing!

J’utilise pour le lavage le shampoing pour cheveux endommagés de Aphogee, qui est très doux et n’agresse pas les cheveux. Ensuite pour démêler, j’utilise le suuuuper après shampoing à la kératine de OGX, un produit que j’apprécie énormément dans la mesure où à peine une noisette suffit pour adoucir la moitié de la chevelure et à bien aider au démêlage. 🙂 Toutefois, pour faciliter le démêlage, je prends tout de même quelques minutes pour démêler mes cheveux avant de les laver. A partir d’une certaine longueur, ça aide vraiment beaucoup. Et pour finir, en soin, je pose pour 5minutes le soin à la kératine toujours de Aphogee, puis je finis en rinçant soigneusement à l’eau fraîche.

22

Après le shampoing, routine hydratation une fois par semaine également!

Je m’occupe de nourrir et d’hydrater mes cheveux pour qu’ils ne soient pas secs pendant la semaine. Et pour cela, sur cheveux encore légèrement humides, j’applique un peu d’huile de coco (actuellement j’utilise cette de Aroma Zone). Cette huile apporte de la brillance et nourrit/hydrate les cheveux, tout en sentant agréablement bon! Je répartis ensuite une bonne noisette du leave in conditionner au beurre de karité de la marque Cantu. Je brosse pour faire bien répartir les produits et je me fais de grosses vanilles que je laisse sécher à l’air libre.

11

Pendant la semaine, je me contente de brumiser légèrement mes cheveux à l’eau au matin, et si besoin d’appliquer un peu de leave in conditioner de Cantu pour nourrir. Généralement, je m’attache les cheveux ou je fais une coiffure protectrice rapide. J’ai simplement choisi de ne pas laisser mes cheveux à l’air libre un certain temps, en mode afro par exemple, le temps que les pointes se fortifient un peu et qu’il y ait moins de casse.

Toujours la plus simple des routines, pour ma part, je trouve que c’est ce qu’il y a de meilleur!

Et vous, dites-moi quelle est votre routine actuelle? Avez-vous eu l’occasion de tester les produits que j’utilise actuellement? Si oui, qu’en avez-vous pensé?

Prenez soin de vous! Gros bisous!!! 🙂 🙂

~Much Love, Manouchka ~

Publicités
Capillaire

Dégradé de couleurs

Bonjour les filles!!

J’espère que vous allez bien!! ☺

J’ai promis il y a quelques jours sur la page Facebook du blog, de parler de mon aventure capillaire coloristique. Coloristique est un mot qui n’existe pas mais rien ne m’empêche de l’inventer pour simplement désigner tout ce que j’ai pu entreprendre comme colorations pour arriver au résultat actuel. Je ne vais pas vous le cacher : ça a pris du temps, beaucoup de temps…

222

Tout a commencé en octobre 2013, où j’ai réalisé mon tout premier henné (ouh ça fait deux ans déjà?!). Addicted aux colorations mais déprimée par les dommages qu’elles pouvaient causer aux cheveux, je me suis lancée dans l’aventure de la coloration dite naturelle en choisissant les plantes, le henné. Bien entendu, j’ai pris soin de lire beaucoup d’articles à ce sujet, d’en décortiquer les avantages mais aussi les inconvénients. Et finalement, j’ai tenté mon premier henné avec un sachet de la marque Nupur, composée de henné dit 100% naturel et de neuf plantes indiennes. Je n’ai personnellement aucun moyen de vérifier la qualité du henné ni de m’assurer qu’il est effectivement 100% naturel, alors comme à peu près tout le monde, je me fie aux étiquettes. Et le résultat a été plutôt pas mal.

Après 3 hennés consécutifs avec la marque Nupur (une application mensuelle), en janvier 2014 je décide d’essayer le henné rouge de Aroma Zone. Pourquoi pas? Après tout, il est lui aussi dit 100% naturel et beaucoup d’avis positifs sont partagés sur internet. Le résultat obtenu est plus foncé qu’avec le Nupur, plus vif mais mes cheveux sont également beaucoup plus secs. Il ne faut pas que j’omette de vous le dire : le henné à la base assèche beaucoup les cheveux, mais lorsqu’en prime, vous avez des cheveux afro, c’est pire! Il faut donc être prêt à consacrer du temps et de l’huile pour nourrir tout ça le plus régulièrement possible. N’étant pas toujours très assidue, à un moment donné mes cheveux sont devenus extrêmement secs à cause de toutes ces applications de henné (c’était en moyenne une fois par mois car il fallait entretenir les reflets), et en juin 2014, après presque un an d’addiction, j’ai du opter pour une petite coupe de graaaaaaandes pointes – comprenez que j’ai du vraiment beaucoup couper pour leur redonner du peps!

Après cette coupe, je n’ai pas tenu bien longtemps (je vous l’ai dit, je suis addicted aux colorations…) puisque j’ai repris le henné à peine quelques semaines plus tard. J’ai alterné entre le Nupur et celui d’Aroma Zone MAIS !!! … pour moi, dans tous les cas, il fallait absolument que le henné soit 100% naturel, et donc sans sels d’aluminium. Parce que lorsque votre henné contient des sels d’aluminium, c’est là que les problèmes commencent : casse, coloration verdâtre et j’en passe, le carnage! Et puis un jour, tout ce cuivre et cet acajou m’ont ennuyée ; j’ai eu eeeeeeeeeenvie d’avoir une couleur plus claire. Un petit blond par exemple. Juste tout petit. Mais la sagesse étant passée par là, j’ai choisi de ne colorer que mes pointes afin de ne pas courir le risque d’endommager la totalité de ma touffe. Vous comprenez, une boulette est si vite arrivée!

Je me suis donc dit : je ne colorerai que mes pointes, je n’utilise que du henné sans sels d’aluminium, je peux donc essayer une coloration sans ammoniac voir ce que ça pourrait donner! J’ai appliqué alors, uniquement sur les pointes, un peu de coloration blonde de Revlon sans ammoniaque (mais une autre marque sans ammoniaque aurait aussi pu faire l’affaire comme Clairol par exemple) et ai obtenu quelque petits reflets plutôt sympathiques.

A partir de là, j’ai essayé d’alterner à intervalles d’au moins deux/trois mois henné (sur toute ma chevelure) et coloration blonde (uniquement sur les pointes). Et au bout d’une année, je suis arrivée à ce dégradé d’aujourd’hui.

En fait, tout a été une question de patience, de temps, de précautions prises sur le choix des produits mais aussi d’entretien. Aujourd’hui mes cheveux ne sont plus secs. Mon dernier henné date d’avril 2015 je crois, et le prochain sera pour novembre ou décembre (et en plus, j’ai la flemme… Lol). Il est inutile de choisir d’agresser vos cheveux avec des colorations chimiques contenant de l’ammoniac et du henné mal choisi en un laps de temps record : vous allez les détruire! Il faut garder à l’esprit que par nature, les cheveux afro sont secs et qu’abuser de ce genre de procédés ne fera que les abîmer. Choisissez du henné sans sels d’aluminium et de préférence, des colorations chimiques sans ammoniac. Toutefois, je ne garantis pas que vous obteniez un résultat identique à celui que j’ai pu obtenir, tout ceci reste relatif bien entendu.

Aujourd’hui j’apprécie ma couleur. Je ne pense pas que je referai mes pointes blondes de si tôt. Je les laisse tranquilles! Après toute cette foire de toutes façons, ils le méritent amplement (lol).

N’hésitez pas si vous avez des questions, laissez-les en commentaires et j’y répondrai. Gros bisous!!

~ Much Love, Manouchka ~

Capillaire

Couper ses pointes (au besoin) !

b6b618e0b1d9842c5fbe9b451671296a

On dit souvent qu’il est indispensable de couper ses pointes à un rythme régulier. Tous les six mois, ou même tous les deux mois selon certains. Je ne suis pas de cet avis. D’ailleurs, mes pointes, je ne les coupe qu’au besoin et ça peut aller à une fois par an, voire une fois tous les dix huit mois.

En effet, pourquoi devoir couper ses pointes si celles sont en bon état? Je me le demande encore – sauf si vous tenez à entretenir la dynamique de votre coupe, avoir du volume (les cheveux fraîchement coupés ont en général un regain de volume), ou si vous prenez extrêmement soin de vos cheveux. Mais bon, de façon objective, selon moi il n’est pas nécessaire de se couper les pointes aussi régulièrement et aussi souvent, surtout si votre objectif est d’avoir une certaine longueur assez rapidement!!

Je ne suis pas non plus de celles qui croient que couper souvent ses cheveux les feront pousser plus vite. Ce qui d’ailleurs est complètement faux puisque le cheveu pousse à la racine, au niveau donc de notre cuir chevelu, et non à son extrémité. Quel serait donc la corrélation entre couper les pointes et avoir une meilleure pousse?! Je cherche encore… Si quelqu’un a une réponse, je suis preneuse et toute ouïe!

Certaines personnes ont une qualité de cheveux particulièrement bonne et suffisamment robuste pour ne pas voir leurs pointes s’abîmer chaque six à huit semaines. Pour d’autres, effectivement les choses sont un peu plus compliquées et il faut pouvoir accorder un soin particulier à cette partie du cheveu, surtout si l’on veut préserver les longueurs : eh oui, parfois la maladie des pointes peut être contagieuse.

C’est l’exemple parfait des fourches : vos pointes se terminent la plupart du temps en ‘V’, en langue de serpent. Sortez les ciseaux au plus vite et n’espérez surtout pas que le mal disparaisse de lui même, vous risqueriez de voir vos fourches gagner les longueurs! Certains produits fortement dosés en silicone peuvent colmater temporairement les dégâts, mais rien de définitif… Il faudra forcément penser à couper un jour ou l’autre, le plus tôt étant le mieux.

4d5e1cddcc93cb6b9b83ec9e94d5ad6f

Si par contre vous avez des pointes sèches, avec un effet « paillasse botte de foin », on peut encore essayer de sauver la situation. Rien de mieux qu’une bonne « baggy method » avec une huile de ricin ou de carapate (ces huiles sont recommandées pour le soin et l’entretien des pointes du fait de leur haut pouvoir nutritif) : pour cela, il vous suffit d’enduire vos pointes d’huile, de les emprisonner dans du papier cellophane ou un sachet en plastique (loin d’être écologique, bouuuhhh!!!) pour retenir la chaleur (les écailles ainsi s’ouvriront et absorberont mieux l’huile), de dormir avec si possible, et de renouveler l’opération plusieurs soirs de suite. En principe, vous devriez finir par constater une amélioration de l’état de vos pointes au bout de quelque temps.
Je vous avoue ne jamais avoir eu à expérimenter cette technique, mais pour avoir lu quantités d’avis et commentaires positifs, je ne peux que recommander!

fourches-cheveux-fourchus-trichoptilose-1

Bien évidemment, étant donné la complexité du cheveu, il s’avère qu’il existe quantité importante de type de pointes abîmées. Tant que votre cheveu ne présente pas de ‘lésion’ importante, faites le tout pour le tout si vous tenez à votre longueur, et évitez les ciseaux. Si par contre vos pointes se dédoublent, en 2 voire 3 brins, ne tardez plus, coupez quelques centimètres, idéalement bien au-dessus de la limite du dédoublement de votre pointe.

Sinon, à part ça, si tout va bien, inutile de couper, laissez plutôt vos cheveux vivre leur vie! Ils vous remercieront! 🙂

Et vous, coupez-vous régulièrement vos pointes?

~ Much Love, Manouchka ~