Clin d'oeil du Togo

Rencontre *Nappy* du 15/11 à Lomé

Je me souviens de cette période où j’avais choisi de ne plus me défriser les cheveux et de revenir au naturel, en 2009. A l’époque, rares étaient les naturelles à Lomé où je vis. Elles étaient même quasiment inexistantes, ou sinon très bien cachées. Les informations dont j’avais besoin au sujet de l’entretien du cheveu afro, je les trouvai essentiellement – pour ne pas dire en totalité – sur « les internets » : blogs, chaînes youtube, etc. Il y avait du choix sur la toile, mais pas vraiment autour de moi dans la ‘vraie vie’.

Aujourd’hui, les choses ont évolué et bien changé. Les naturelles togolaises sont de plus en plus nombreuses! Lorsque j’en croise une, je ne suis plus vraiment surprise. C’est que le phénomène a pris de l’ampleur et s’est répandu assez rapidement depuis environ deux ans. Et on assiste par la même occasion à un nombre grandissant de rencontres ‘nappy’ dans la capitale.

Cette fois-ci, c’est la belle Élodie alias Elo Bk (vêtue de sa jolie robe en pagne rose), naturelle depuis bientôt trois ans, qui a organisé une rencontre formation sur le thème des bases du retour au naturel. Cette rencontre a eu lieu ce samedi 15 novembre à la Cantine de l’hôtel Ibis et le ticket de participation nous a été fournies à 1.000FCFA, prix que je trouve très raisonnable. J’ai donc choisi d’y faire un tour afin de découvrir, partager et surtout pourquoi pas, encore en apprendre sur ce cheveu afro que j’aime tant!!

2

Et j’ai été copieusement servie! Élodie nous a concoctées pour l’occasion un programme que j’ai trouvé très intéressant. Nous avons échangé au sujet de 4 principaux points à savoir :

♠  la transition (du défrisé au naturel)
♠  comment se démêler les cheveux naturels
♠  les différentes étapes pour laver ses cheveux
♠  l’hydratation

4

5

Je tiens tout particulièrement à remercier Élodie pour les informations précieuses qu’elle a partagé avec nous au sujet de la porosité du cheveu, sujet sur lequel je ne  me penche jamais assez, que je trouve parfois ‘inutile’, à tort puisque connaître la porosité du cheveu permet de mieux l’entretenir et de choisir les produits adaptés aux besoins de notre crinière.

Une question sur laquelle les participantes ont été particulièrement attentives a été la sensibilisation des défrisées pour un retour au naturel. Beaucoup sont d’accord sur un point : le but n’est pas de ‘convertir’ les défrisées au naturel, loin de là puisque le retour au naturel demeure un choix libre et personnel. Certaines ont d’autre part évoqué le regard négatif que pouvaient porter sur leur chevelure crépue des proches à elles, comme des membres de la famille, des amis ou des collègues. Il a été une fois encore, rappelé que certes, le plus dur était de passer outre ce regard dépréciatif de la société pour se sentir en harmonie avec soi-même, mais qu’il fallait pour ce faire, un minimum de courage et de volonté! Certaines y sont arrivées, pourquoi pas d’autres? La beauté de la femme noire et métissée dispose de multiples facettes, nul besoin de pouvoir mettre les femmes dans des cases qui prédéfinissent les codes de la beauté.

Après la discussion de ces différents chapitres, une pause de 30minutes a permis aux filles de se rafraichir avec des boissons (c’est qu’il fait très chaud ces temps-ci à Lomé!), de sympathiser et pour celles qui le souhaitaient, d’acheter quelques produits capillaires home made apportés par Élodie.

6

La seconde partie de la rencontre, plus relaxe, a porté sur les attachés de foulard dont Élodie nous a fait quelques démonstrations (merci pour les très jolies idées!). Une naturelle choisie dans le public a également eu la chance et le privilège de se faire coiffer.

3

1

De façon générale, un très bon moment de partage et de convivialité sans chichi aucun, que j’ai eu le plaisir de vivre. Je vous invite d’ailleurs à visiter la page de Élodie > Style Your Hair < et à la contacter si vous souhaitez plus de conseils ou vous faire coiffer tout simplement, à Lomé ou en région parisienne!

Alors, à quand la prochaine rencontre 228?

~ Much Love, Manouchka ~

Publicités